Derniers articles

  • La Shtar Ac sort du violon

    BEST-OF. Pendant une année, une dizaine de détenus de la prison de Luymes, à Aix-en-Provence, ont travaillé à la création du premier album, dans les bacs le 20 janvier. Rencontre.

    par Hadjila Moualek
    le 20/08/2014
  • Kaaris : « Les petits couplets, c’est pas pour moi »

    Kaaris aurait pu ne rester qu’une silhouette imposante suintant le rap hardcore et maniant un verbe acerbe, un vers qui a le diable au corps. Une carrure de 100 kilos d’ambition et de détermination qui a fini par faire ses preuves. Portrait.

    par Hadjila Moualek
    le 12/08/2014
  • Nantes : les murs porte-voix

    MUNICIPALES 2014 - Ils savent que l’avenir n’est pas écrit et pourtant, ça ne les empêche pas de marquer à la bombe des murs entiers de béton, vierge ou pas. Des fresques témoins de l’urgence et de la fièvre artistique qui s’emparent de Nantes. Des murs qui traduisent l’histoire du Street Art.

    par Hadjila Moualek
    le 12/03/2014
  • Nantes : les Lauriers et Bellevue en toile de fond

    Parfois, le sentiment de légitimité est tellement important qu’il peut consumer un gamin fiévreux à l’idée de faire ses preuves dans l’école de la rue. Seulement, faut-il encore en connaître ses codes et agir dans la juste mesure des choses. Mais bon, il faut que jeunesse passe, comme dirait l’autre, et la jeunesse des quartiers nantais est relativement calme.

    par Hadjila Moualek
    le 11/03/2014
  • Nantes : doucement vers l’ère post-Ayrault

    La place Royale n’est pas vide ce soir-là. Les terrasses sont encore pleines des Nantais venus siffler leurs derniers verres, ou leur troisième bouteille. La devanture du bar principal, dont les lettres en néon font danser les ombres des clients, projettent leurs silhouettent sombres sur le sol. Au milieu de cette frénésie, un jeune couple semble seul au monde. Allongés à même le sol, la fontaine qui leur fait dos ne jaillit plus.

    par Hadjila Moualek
    le 10/03/2014
  • Kery James : « J’ai envie de m’extirper du rap »

    Lorsque Kery parle, ce qui frappe, ce n'est ni le ton, ni le timbre, mais l’intensité que dégage sa voix. Il appuie sur chaque mot comme pour mieux en extraire son sens. Ou sa complexité. La force qui se dégage de l’homme est presque apaisante. Presque, car « bien sûr... bien sûr, je suis quelqu’un de tourmenté ». Dans la répétition réside une confirmation, à lui-même, d’abord, qui sonne comme une évidence face à une question dont je connaissais déjà la réponse.

    par Hadjila Moualek
    le 16/11/2013
  • La Castellane intime

    Un chat siamois traverse avec agilité le muret fendu qui domine le terrain vague sur lequel des carcasses de scooters côtoient les déchets qui servent de repas, royal, aux rats obèses. Le félin s’approche doucement du tas d’ordures et saute nerveusement dessus. Chaîne alimentaire. Plus loin, deux jeunes garçons. Le portable posé en haut-parleur. L’un deux kicke un seize mesures et je reconnais, les punchlines de Niro, rappeur de Blois, auto-proclamé « Chat noir ». « Ils veulent tous N.I.R.O, ma vie c’est pas la tienne gros, au bord du gouffre j’ferais pas marche arrière, derrière y a tous mes blem-pro… »

    par Hadjila Moualek
    le 21/10/2013
  • « Ils ne touchent pas aux gens qui n’ont rien à voir avec le business »

    Le soleil se reflète sur es tôles métalliques qui jonchent le sol de la cité de Bassens et qui font face à des amas d’ordures, brûlés. Laissés à l’abandon, ils font cependant échos à un bâtiment, carbonisé, dont le souffre a rendu charbon les murs et qui fait face à la petite salle de prière. Le seul contraste réside là : les cloisons du lieu saint sont aussi blanches que sont noires celles du bâtiment avoisinant. Et si les murs ont des oreilles, les habitants y ont la bouche cousue.

    par Hadjila Moualek
    le 20/10/2013
  • La Marche du siècle

    par Hadjila Moualek
    le 19/10/2013