C’est peut-être la nouvelle la plus marquante de la soirée. L’arrivée en tête à Aubervilliers de la candidate Karine Franclet soutenue par Les Républicains et la République en Marche avec 25,69% des voix.

Dans cette ville gérée par la gauche depuis la seconde guerre mondiale, ce chiffre fait l’effet d’une petite bombe. Jamais un parti de droite n’était arrivé en tête. Surtout lorsque l’on compare ce score à celui de la maire sortante Meriem Derkaoui (PCF) soutenue par la France Insoumise et Europe Ecologie Les Verts notamment qui obtient 17,56 % des suffrages.

Le score est rude pour celle qui ne s’était jamais soumise aux suffrages directs des citoyens pour le poste de maire. En effet, la maire avait accédé à la fonction d’édile suite à la démission de Pascal Beaudet élu maire d’Aubervilliers en 2014 avec un peu plus de 45% des voix (il avait obtenu 32,90% des voix au premier tour). Pourtant la liste « Uni.e.s pour Aubervilliers » avait conscience de la possible percée de la droite, Meriem Derkaoui avait appelé à voter pour elle pour faire « barrage à la droite » notamment.

L’autre enseignement à tirer de cette élection c’est le succès des listes citoyennes qui remportent à elles deux presque 35% des suffrages. Sofienne Karroumi à la tête du mouvement « Alternative Citoyenne » obtient 19,09 % des voix et Zishan Butt d’ « Aubervilliers en commun » 15,79 %.

Marc Guerrien et Jean-Jacques Karman obtiennent 13,20% et 7,35% des voix. Alain Noé de Lutte Ouvrière obtient 1,33%. Ils sont par conséquent cinq à se maintenir, Karine Franclet, Meriem Derkaoui, Sofienne Karroumi, Zishan Butt et Marc Guerrien.

Tous les pronostics sont aujourd’hui possibles pour le deuxième tour et peut-être même toutes les alliances. Cette semaine sur le BB, on vous racontait à quel point tous les candidats faisaient le même constat et proposaient des solutions globalement assez proches que ce soit en termes de sécurité, de propreté ou de pratique du pouvoir. Débat qui avait réuni tous les candidats, à l’exception de Meriem Derkaoui… 

Comme pour toutes les villes, il faut aussi lire ces résultats à la lueur du taux d’abstention dans ce contexte si particulier. A Aubervilliers, il était de 67,5 %. 

Latifa OULKHOUIR

Articles liés

  • Le maire et les Tilleuls : tension et répulsion

    Au Blanc-Mesnil, la réélection du maire (LR) Thierry Meignen dès le premier tour cache une autre réalité. Dans le quartier des Tilleuls, le ressentiment à l’égard de l’édile a laissé place à des affrontements, souvent violents, entre les soutiens de l’ancien maire communiste et ceux de son successeur de droite. Retour sur une campagne tendue.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 25/03/2020
  • Report du deuxième tour : « C’est peut-être un mal pour un bien »

    Après le report du second tour, les campagnes sont en stand-by. Les alliances, les fusions, la campagne de deuxième tour... Tout cela est reporté à quelques jours, quelques semaines ou quelques mois. Comment les candidats perçoivent-ils cet entre-deux tours le plus long de l'histoire, en pleine crise sanitaire ? Nous en avons sondé quelques-uns.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 18/03/2020
  • Dans le Val-d’Oise, la gauche résiste

    Les élections municipales ont offert quelques duels intéressants dans le Val-d'Oise à l'instar d'Argenteuil ou Sarcelles. Revue des points chauds du département, au lendemain de ce premier tour où, là aussi, la crise sanitaire et l'abstention restent les deux données majeures du scrutin.

    Par Audrey Pronesti
    Le 16/03/2020